DAITO-RYU AIKIJUJUTSU TAKUMAKAI FRANCE

http://aikifrance.webs.com/Kanji%20Daitoryu%20Aikijujutsu%20Takumakai.png

 Aïkido ou Daïto-ryu?

 

Le fondateur de l'Aïkido, Morihei Ueshiba, est sans doute le plus médiatisé des élèves de Sokaku Takeda grâce au développement de l'Aïkido de par le monde, lui-même rendu possible grâce aux films de Steven Seagal.

Ueshiba sensei n'a pas créé l'Aïkido de toute pièce. Il a simplement sélectionné une poignée de techniques de base parmi le vaste curriculum du Daïto-ryu et donné un nom différent à sa pratique.

Il avait en effet atteint le grade de Kyoju Daïri (enseignant certifié) en Daïto-ryu, signifiant qu'il pouvait enseigner le Daïto-ryu librement mais sous certaines conditions.

Cependant, non content de ces conditions, il choisit un chemin différent et 'créa' l'Aïkido à partir de là.

Son maître, Sokaku Takeda, fût cependant très loin de lui transmettre l'intégralité de son savoir. Il n'enseigna en fait tout ce qu'il savait qu'à une seule personne: Takuma Hisa.

Takuma Hisa fût en effet le seul élève à atteindre le grade final de Menkyo Kaiden (certifiant qu'il n'avait plus rien à apprendre de son professeur) en Daïto-ryu. C'était le 26 mars 1939.

Ueshiba sensei choisit d'abandonner le nom 'Daïto-ryu' d'abord au profit d'Asahi-ryu jujutsu, puis Aïkibudo et enfin Aïkido afin de pouvoir prétendre avoir "réinventé la roue", mais il ne faut pas voir l'Aïkido et le Daïto-ryu comme des entités distinctes car le cursus de l'Aïkido, quelque soit le style, est présent au sein du Daïto-ryu.

Le Takumakaï est particulièrement conscient de ce fait car notre organisation possède seule un recueil de l'ensemble des techniques de Morihei Ueshiba, ce qui nous permet de voir les différences avec celles de Sokaku Takeda et celles de Tokimune Takeda.

 

Ueshiba sensei enseigne le Daïto-ryu à Osaka

Ueshiba sensei fût recruté pour enseigner le Daïto-ryu par le journal Asahi Shinbun à Osaka (un des deux plus grands journaux du Japon, un des 8 plus grands du monde, 12 millions d'exemplaires par jour) en vu de former leur service de sécurité pour qu'il puisse repousser les attaques souvent violentes dont le journal était victime à l'époque. C'est pour cela qu'il commenca par nommer l'art qu'il enseignait "Asahi-ryu" en réference à ce journal, mais il s'agissait bel et bien de Daïto-ryu.

Takeda sensei en eut vent et, très déçu, il se rendit à l'Asahi Shinbun pour reprendre en mains les leçons car il jugeait le niveau d'Ueshiba insuffisant au vu de ces responsabilités.
Il reprit les enseignements du début et une semaine après Ueshiba sensei quitta l'Asahi Shibun sans prévenir personne et surtout sans avoir rencontré son maître, ce qui fût extrêmement discourtois.

Takuma Hisa commença donc son étude du Daito-ryu avec Morihei Ueshiba mais Takeda sensei lui enseigna cependant le Daïto-ryu en reprenant tout depuis le début. Hisa sensei était donc très bien placé pour voir les différences entre les deux.

Pour preuve, bien qu'Ueshiba sensei ne donnait pas de grades à l'époque du dojo de l'Asahi Shinbun, il décerna un 8ème dan d'Aïkido à Takuma Hisa quelques années plus tard.

Hisa sensei connaissant très bien les différences entre l'Aïkido de Ueshiba et le Daïto-ryu de Takeda, il choisit d'enseigner les deux séparément au Kansai Aikido Club qu'il créa à cet effet.

Il y avait en fait deux Daïto-ryu selon lui, l'un par Ueshiba et l'autre par Takeda. Celui d'Ueshiba était un art de démonstrations selon lui, très beau à voir mais peu efficace, alors que celui de Takeda était un art martial à part entière mais laid d'apparence, bien que d'une efficacité redoutable.
Fort heureusement pour nous, Hisa sensei transmit ce savoir à ses élèves qui formèrent le Takumakaï, et particulièrement à son élève principal, feu Amatsu sensei, qui le transmis ensuite à ses élèves dont Jyrki Rytilä, le directeur du Takumakaï pour l'Europe, et Jean Gonzalez, le directeur du Takumakaï en France.

En raison de son histoire unique parmi les organisations chargées de préserver le Daïto-ryu au Japon, le Takumakaï entretiens d'excellentes relations avec l'Aïkikaï de Tokyo et les autres organisations d'Aïkido (Yoshinkan, Iwama-ryu, Tomiki-ryu, etc...) tout comme il entretient naturellement d'excellentes relations avec les autres organisations légitimes de Daïto-ryu et les nombreuses écoles de kobudos au Japon.

Au final, le Takumakaï est l'organisation de préservation du Daïto-ryu au curriculum le plus étendu, puisque lui seul préserve l'ensemble du Daïto-ryu Aïkijujutsu traditionel de Sokaku Takeda au travers du répertoire Soden, le Daïto-ryu Aïkibudo moderne de Tokimune Takeda dont les techniques sont différentes de celles de son père, et les différentes variantes de l'Aïkido de Morihei Ueshiba, pré-guerre et après guerre.


Page d'accueil